top of page
Rechercher

L'égoïsme sain

Dernière mise à jour : 19 juin

"Donner dans le visible et recevoir dans l'invisible (c'est la phrase que j'ai eue en séance). Ça donne un donner-recevoir biaisé, pas clair : en apparence on donne beaucoup tout en refusant l'aide extérieure (sachant que souvent c'est inconscient donc même si la personne "fait semblant" elle est de bonne foi), mais en fait on se sert en absorbant les émotions des autres pour les traiter.

Donc on croit être utile en faisant semblant de ne pas l'être et en plus on transgresse les limites de l'autre en étant intrusif.


Bref, c'est un gros bazar !


Chez la personne qui a ce fonctionnement, ça donne des débordements émotionnels assez forts car sa structure inconsciente croit qu'elle doit refouler ses propres émotions pour s'occuper de celles des autres afin d'être en conformité avec l'altruisme valorisé par la société (cf syndrome de la machine à laver).


Et comme personne n'écoute ses propres émotions et n'a appris à les trier, tout le monde se décharge sur les autres sans s'en rendre compte. Sous couvert d'être altruiste et social.


L'étymologie de social est normalement reliée à "sociis" : l'allié. On est donc censé se relier à des alliés (donc des personnes qui nous conviennent) pour créer la société et non des personnes qui ont le pouvoir de nous valider ou nous invalider selon nos comportements (version ancestrale du chef de tribu).


C'est un peu comme si à la fin d'une soirée arrosée, vous invitiez tout le groupe à venir vomir chez vous, plutôt que chacun dans ses toilettes !!!


Accepter d'être "égoïste" au sens de s'occuper de ses émotions et de faire attention à son égo et développer la responsabilité de choisir ses relations et ce qu'on a envie de vivre avec elles est la seule issue possible pour assainir les liens toxiques. Les couper n'étant, sur le long terme, pas la bonne solution.


4 vues0 commentaire

Comentarios


bottom of page